Le golf a un Chose que les autres sports n’ont pas...

- Après golf

Il y a des noms qui demandent des investigations intellectuelles poussées et des tests consommateurs pointus. Et puis il y en a d’autres dont la simplicité renvoie tous les conseillers marketing dans leur 22 et qui s’impose d’eux mêmes. Le « Chose » fait partie de ceux là.

Le « Chose ». La boisson des golfeurs. Ce cocktail répond à un besoin simple : désaltérer le golfeur après 4 heures passées sur le parcours. L’eau fait le travail, mais rien de très convivial derrière un verre d’eau. Pas de quoi entamer la longue conversation avec nos partenaires de jeu qui suit le parcours et qui permet à chacun de refaire sa carte. Non, il faut de la couleur, de la nouveauté, voire de l’exclusivité. La contrainte de la création est simple, c’est celle des sportifs : pas d’alcool.

L’histoire ne dit pas si il y a eu plusieurs tentatives qui n’ont pas abouties, des essais de barmen de club-house dont les breuvages n’ont pas trouvés leur public. Non, l’histoire retient que le créateur du seul cocktail qui allait devenir au fil des temps la boisson des golfeurs a été créé par René Lacoste en 1967 sur le golf de Chantaco, dans le Pays basque.

rene-lacoste

René Lacoste, né le 2 juillet 1904 à Paris, ne sait donc pas contenté d’être l’un des « Quatre Mousquetaires » du tennis français qui remportèrent la Coupe Davis pour la France de 1927 à 1932, le designer d’une marque de textile qui allait s’imposer à l’échelle internationale ou encore l’inventeur de la raquette de tennis en acier qui révolutionna le monde de la balle… jaune. Il a aussi marqué de son empreinte l’univers du golf en mélangeant un jour du Schweppes avec du jus de pamplemousse dans un verre à pied (pour ceux qui souhaitent respecter la tradition) et de rajouter des glaçons.

Schweppes

La recette devenue maintenant officielle spécifie les proportions et la chronologie de l’opération : 20 cl de jus de pamplemousse, puis 20 cl de Schweppes Tonic, puis les glaçons. Pas trop compliqué.
Plusieurs variantes ont vu le jours depuis. Appelées par analogie ou par manque d’imagination machin, ou truc, elles sont généralement spécifiques à un golf, comme cette variante proposée au golf du Roannais, qui consiste à mélanger un tiers de Gin, un tiers de jus de pamplemousse et un tiers de Schweppes tonic. Mais là, on passe de l’après golf à l’apéro…

Photo Wilfrid Delage

Wilfrid Delage

Après un début de carrière en agence de publicité puis dans un groupe de presse à Paris, Wilfrid s'est installé dans le Pays Basque ou il a créé une agence de communication et d'édition dédiée au golf.