Biarritz Destination Golf : 75 000 € pour quoi faire ?

- Golfs

En décembre 2014, le contrat «BIARRITZ Destination Golf» était retenu par le Secrétariat d’Etat au Tourisme. Son objectif : développer la clientèle étrangère golfique en Pyrénées-Atlantiques et dans les Landes. Pour y parvenir, un budget de 75 000 € sur trois ans a été attribué à Biarritz Tourisme. Quelles sont les opérations mises en place ? Comment cet argent est-il investi ? Réponses concrètes de la responsable opérationnelle chez Biarritz Tourisme, Maylis Cabanieu, interviewée par notre partenaire  Golf Pays Basque Magazine.

Maylis Cabanieu
Maylis Cabanieu

 

Voilà près de 1 an que le contrat a été signé, pouvez-vous nous dire ce qu’il s’est passé depuis ?
Maylis Cabanieu :
Notre première mission a été de fédérer l’ensemble des golfs.Cela n’a pas forcément été simple car il s’agissait de réunir autour d’un discours commun 16 golfs de cultures différentes : golfs commerciaux, associatifs, golfs basques, landais, béarnais… Notre première satisfation a été d’y parvenir assez rapidement et de pouvoir commencer notre rôle de porte-parole.

Comment vous y prenez-vous ?
MC : La première chose a été de créer une identité visuelle forte, en s’appuyant sur le nom de Biarritz, connu dans le monde entier, et sur les couleurs du drapeau français.Nous avons également signé un partenariat avec Golf Magazine autour de la mise en place d’un jeu concours pendant l’Open de France ou d’une présence pendant l’Evian Championship. Enfin, nous avons développé notre présence auprès des Tours Opérateurs étrangers, soit en les recevant, soit en allant les voir – nous avons fait le tour des pays scandinaves en mars dernier – soit en se déplaçant sur des salons dédiés aux produits Golf.

Vous étiez à l’International Golf Travel Market à Tenerife mi octobre. Qu’en avez-vous retenu ?
MC : C’est le genre de manifestation qui nous intéresse le plus car l’événement réunit plus d’un millier de professionnels du tourisme et plusieurs centaines de journalistes spécialisés. Nous avons ainsi pu faire plus de cent rendez-vous sur trois jours. Ce genre de manifestations nous permet également de voir les tendances qui se dessinent. Ainsi, nous avons relevé une forte demande des Anglais, mais aussi des Allemands, des pays scandinaves et des asiatiques.

IMG_2444

Et quelles sont les actions envisagées pour répondre à cette demande ?
MC : Nous allons inviter les journalistes des pays demandeurs pour leur faire visiter la région, les faire jouer au golf sur nos parcours et leur laisser un dossier de presse complet pour qu’ils puissent faire le relais dans leur pays via leur magazine. Plusieurs TO viendront nous rendre visite, comme les anglais de Golf Break qui seront chez nous mi-novembre.

Des actions sur le web sont-elles également envisagées ?
MC : Bien sûr mais la première démarche sera de réaliser un site présentant les golfs et les offres «packages» qui vont être mis en place prochainement. Je travaille également sur la réalisation d’une page facebook. Les réseaux sociaux représentent une belle fenêtre sur le monde.

Vous parlez de package, qu’en est-il de la réalisation d’un Golf Pass commun à tous les golfs réunis dans ce contrat ?
MC : Nous y avons beaucoup travaillé avec Claude Rousseau et l’ensemble des golfs. Il sera disponible à partir de début janvier sous le nom de «Golf Pass Biarritz Destination». Il permettra de jouer de 2 à 8 parcours à des tarifs très attractifs.
(NDLR : Il regroupera les golfs de Biarritz le Phare, Arcangues, Makila Golf Club Bayonne Bassussarry, Seignosse, Moliets, Hossegor, Pinsolle-Soustons, Mont de Marsan)

Pour terminer, existe-t-il un objectif chiffré lié à ce contrat ?
MC :
Oui, nous espérons faire venir 4000 golfeurs supplémentaires sur les trois prochaines années

 Interview à retrouver sur golfpaysbasquemagazine.com

Photo Wilfrid Delage

Wilfrid Delage

Après un début de carrière en agence de publicité puis dans un groupe de presse à Paris, Wilfrid s'est installé dans le Pays Basque ou il a créé une agence de communication et d'édition dédiée au golf.