Histoire du... golf d'Omaha Beach****

- Golfs

LE BLEU DE LA MER ET LE VERT DU BOCAGE comme caddy

 

Les Français ont devancé les Américains pour créer un golf près des plages du Débarquement ?

Interview avec Yoann Tanneau Directeur du Golf d’Omaha Beach**** : Effectivement. Tout d’abord, Guy Dupont, malheureusement décédé il y a cinq ans, possédait des terres agricoles et une ferme qui fabriquait des yaourts. Il eut la brillante idée d’acheter le brevet du bifidus actif, créant les produits « B.A. » qui ont été revendus au groupe Perrier puis au groupe Danone. Ses enfants, qui jouaient au golf dans la région de Rouen, lui ont suggéré d’investir dans un parcours, lui qui adorait la nature et les jardins. Monsieur Dupont n’était pas vraiment convaincu avant qu’une information remonte jusqu’à Port-en-Bessin : des américains s’apprêtaient à déposer un dossier pour un projet de golf. Il s’est alors dit : « si les Américains ont cette idée, pourquoi nous ne serions pas capables de la réaliser ?»

La balle était donc dans le camp de Port-en-Bessin ?

Y.T : Et dans celle de l’architecte Yves Bureau qui allait réaliser son premier parcours, 27 trous entre 1986 et 1987. En fait : 9 trous baptisés « La mer », 9 trous « Le bocage » et 9 trous « L’étang ». En 2008-2009, Yves Bureau fut également chargé de l’extension avec les 9 trous « Le manoir ». Depuis quelques temps, ces 36 trous se distinguent entre les 18 trous de La mer (par 72) et les 18 trous du Manoir (par 71). Autour du club-house, qui était le corps de ferme, et l’hôtel franchisé Le Mercure, appartenant à la société de la famille Dupont, gérée par Caroline et Pascal Dupont, les enfants de Guy.

Depuis leur création, quelles sont les évolutions qui ont marqué ces parcours ?

Y.T : À partir de 2013, nous nous sommes penchés sur les bunkers, avec des créations et des nouveaux dessins. Il y avait des bunkers immenses, jusqu’à 80 m de long et nous avons redessiné nous-mêmes certains trous avec des « pot bunkers » à l’écossaise, des bosses, pour redonner du relief et du visuel. Certains entourent nos très beaux greens d’origine. Maintenant, nous avons commencé une phase de rénovation des départs « jaunes » et des départs des femmes. Et nous débutons la mise en service d’un nouveau système d’arrosage, avec des vannes prenant en compte la direction et la force du vent. Nous sommes autonomes pour l’eau avec nos étangs, nous avions de petites craintes ce printemps mais elles semblent levées : l’été devrait être bien vert.

Comment présenter ces deux parcours et leurs différences ?

Y.T : Celui de La mer est plus visuel, avec des trous au-dessus de la Manche, symbolisés par notre trou signature, le 6 avec une vue splendide au-dessus de l’entrée de Port-en-Bessin et, au loin, les caissons
Phoenix du Débarquement à Arromanches. Le manoir est beaucoup plus technique, plus long, beaucoup plus physique avec un certain nombre de montées et de descentes. C’est vraiment deux parcours complètement différents. Le visiteur, qui ne connaît pas Omaha Beach****, veut d’abord jouer La mer. Pour le panorama. Ensuite, quand il se lance sur Le manoir, il revient encore plus enchanté, préférant souvent le second parcours.

Et pour les greens ?

Y.T : Les deux parcours offrent de très grands greens avec beaucoup de pentes sur La mer et assez durs à lire. Ils sont rapides, d’autant plus quand le vent les balaye. Mais je dirais que la difficulté principale de nos trous est la mise en jeu : chaque trou est bordé soit d’un étang, soit de gros roughs. Ce sont tout de même des parcours exigeants et Le Manoir est un réel parcours de championnat.

De quoi envisager de grands événements…

Y.T : C’est dans les cartons… En mixant 9 trous de la Mer et 9 trous, aller ou retour, du Manoir, nous pouvons proposer un joli défi golfique. Avec cette configuration, nous sommes candidats à l’organisation d’une épreuve du tour européen féminin. Les discussions se poursuivent avec les dirigeants du LET (Ladies European Tour). Chez les amateurs, nous recevons déjà de belles épreuves de la FFGolf. Et nous serions vraiment enchantés d’être le théâtre de la Golfer’s (championnat de France dames) ou la Gounouilhou (championnat de France messieurs). Mais nous ne sommes pas les seuls sur la liste d’attente ! Et la Fédération souhaiterait d’abord que nous accueillons les championnats de France des jeunes. Commercialement, en plein été, c’est un peu compliqué…

Justement, quelles sont vos actions en faveur des jeunes ?

Y.T : C’est une de nos grandes priorités. Notre école de golf comprend une cinquantaine de jeunes, encadrés par nos pros indépendants Clifford Mayé et Julien Thomas au sein de l’Académie créée par Julien. Le niveau est bien relevé, représenté par Constance Detroye qui a intégré le Pôle France de la fédération. Martin Chevallier et Mathieu Detroye figurent aussi à l’ordre du mérite national amateur. Des stages sont organisés à chaque vacances et nous accueillons également les enfants des centres aérés de Port-en-Bessin, Bayeux et Saint-Vigor-le-Grand.

Certains d’entre eux accrochent, comme récemment cette petite de 9 ans, mordue au golf, une grosse surprise pour ses parents, commerçants à Port-en-Bessin ! Tout cela ne peut se réaliser que grâce à nos précieux partenaires, dont les plus gros comme Mac Donald’s qui habille tous nos jeunes et le Centre Leclerc, toujours à Bayeux, qui organise des compétitions dotées régulières, au moins une fois par mois.

Cumulant les fonctions d’intendant et de directeur, vous êtes aussi doublement impliqué
dans la transition écologique ?

Y.T : À la demande de l’équipe, j’ai gardé cette fonction de greenkeeper grâce au rôle important de mon adjoint Stéphane Lepoultier. Et nous n’avons pas vraiment attendu de futures directives pour nous impliquer. Quand on scrute le cahier des charges, cela fait quinze ans que nous sommes dans les normes. Pour la gestion de l’eau. Pour le parc de petits matériels tout électrique. Les tondeuses à greens passent en hybrides, et sur la gestion du terrain, nous avons laissé pousser beaucoup de zones naturelles et nous effectuons des fauchages tardifs pour les animaux. D’ailleurs, nous avons fait la demande du label de biodiversité. Maintenant, pour les produits phytosanitaires, j’observe comment cela fonctionne dans d’autres pays. Pour éviter les mauvaises surprises et les « marches arrière ».

La proximité des plages du Débarquement imprime une identité unique au golf. À quels degrés ?

Y.T : D’abord le nom Omaha Beach**** s’imposait à Guy Dupont. Afin de l’employer, il a officiellement demandé l’autorisation aux autorités américaines. Personne n’a répondu. Alors qui ne dit pas mot… Cela devenait d’ailleurs « légitime » avec l’inauguration du trou n°1 par le fils du Général Eisenhower. Le célèbre Piper Bill Millin, qui a traversé Pegasus Bridge (au nord de Caen) au son de sa cornemuse, nous a aussi fait l’honneur d’une visite sur son green 18.

Ainsi, chaque trou de nos parcours porte le nom d’un héros du Débarquement, avec des panneaux explicatifs, relatant leur bravoure. Notre club-house, de facto, est chargé d’histoire avec ses photos. Celle d’Arnold Palmer – même s’il n’a pas sorti ses clubs – est en bonne place, à l’occasion de sa venue en guise d’hommage aux vétérans. De nombreux visiteurs, non golfeurs, franchissent la porte, le temps d’un déjeuner ou pour acquérir un produit logoté. Beaucoup de casquettes « golf d’Omaha Beach D-Day» ont franchi la Manche ou l’Atlantique dans le sens inverse du Débarquement !

36 trous, 36 héros du Débarquement à Omaha Beach****

Parcours du Manoir – Omaha Beach****

1: Théodore Roosevelt Jr
2: Stanley Holis
3: Général Norman Cota
4: Pierre Closterman
5: Major John Howard
6: Lieutenant Colonel Terence Otway
7: Général Don F. Pratt
8: Gold Beach
9: Juno Beach
10: Robert Capa
11: Franck D. Peregory
12: Omaha Beach
13: Baron sur Odon
14: Opération Cobra
15: La Bataille de Cherbourg
16 : La Roche de Falaise
17 : Bataille de Saint-Lô
18 : Bataille de La Fière

Parcours de la Mer – Omaha Beach****

1 : Général Dwight Eisenhower
2 : Sir Winston Churchill
3 : Général Charles De Gaulle
4 : Maréchal Pierre Koenig
5 : Maréchal B. Law Montgomery
6 : Général Omar Bradley
7 : Général C. L. Gerhardt
8: Général G. S Patton
9: Colonel Rudder
10: Maréchal Leclerc de Hautecloque
11: Commandant Philippe Kieffer
12: Amiral Sir B. Ramsay
13: Général J. Lawqton Collins
14: Général S. Maczek
15: Général G. Crerar
16: Avm “Johnnie” Johnson
17: Général Sir M; Dempsey
18: Piper Bill Millin

Interview réalisé par Denis Lebouvier, GolfStars Le Mag’

Photo Stéphane COUDOUX

Stéphane COUDOUX

32 ans de médias golf. J'anime ComHouse, agence de comm' 360 et suis fondateur de GolfStars qui classifie tous les Services & Equipements des golfs sur le principe des hotels. Pas de 1er, pas de dernier ! Indépendant, objectif, honnête et sans relations financières avec les golfs. Guide premium, magazine premium, digital sur mesure, et classement international en complément au service des golfeurs-voyageurs.