Histoire de...Le Golf de Saint-Cast****

- Golfs

Le Golf de Saint-Cast**** bientôt centenaire !

 

VOICI UN GOLF QUI MÉRITAIT LA RECONNAISSANCE DE GOLF STARS TANT LES EFFORTS POUR REPENSER ET AMÉLIORER LE PARCOURS DE 1926 ONT ÉTÉ, CES DERNIÈRES ANNÉES, IMPORTANTS ET RÉUSSIS ! NOUS AVONS RENCONTRÉ SON DIRECTEUR PHILIPPE LEFEUVRE, 47 ANS, 33 ANS DE GOLF, INDEX 0 ET ORIGINAIRE DE DINAN, EN POSTE DEPUIS 2014 APRÈS PLUS DE DIX ANS PASSÉS À LA TÊTE DU GOLF DE SAINT-MALO.

SON EXIGENCE, SON ATTIRANCE POUR LES LINKS BRITANNIQUES, SA RE CHERCHE D’UN MODÈLE ÉCONOMIQUE ORIGINAL ET RENTABLE ONT FAIT DU GOLF DE SAINT-CAST**** UNE RÉFÉRENCE À CONNAITRE MIEUX

De gros travaux ont été entrepris sur votre golf ces dernières années. Quel était l’objectif et pouvez-vous dire aujourd’hui s’il a été atteint ?

Il y avait deux objectifs : Le premier était de mieux profiter de la mer, qui est un atout majeur de notre terrain. Nous avons tout d’abord défriché la végétation luxuriante qui formait souvent un écran. Puis nous avons modifié le dessin de certains trous pour les réorienter vers la mer. Nous avons ainsi maintenant trois magnifiques attaques de green avec la mer en décor (les 7-9 et 10) ce qui est rare sur un links où les trous sont en général parallèles au front de mer. Ce premier objectif est donc atteint, et nous voyons désormais la mer sur 14 de nos 18 trous, avec deux points de vue différents. Sur la partie haute nous sommes à 60-70 mètres d’altitude et la vue est panoramique depuis l’archipel des Ebihens à l’Est jusqu’au Cap Fréhel à l’Ouest. En bas, les trous sont lovés dans les dunes et chose originale pour un links, les fairways sont séparés par des rangées de cyprès Lambert, piégeurs de balles. En bas, la proximité de la plage et des vagues donne une ambiance de vacances inoubliable.

Le second objectif était de corriger les imperfections architecturales liées à un important dévers sur certains trous et au manque d’espace lors de la construction. Grâce à l’acquisition de nouveaux terrains, nous avons pu reconfigurer toute la séquence du 4 au 12 et gommer les coups aveugles et les attaques de greens qui étaient très aléatoires.

Le challenge est réussi aux dires des golfeurs qui sont de plus en plus nombreux à nous fréquenter. Ils prennent énormément de plaisir sur notre golf et c’est notre but principal. Ce n’est pas fini pour autant ! Nous avons effectué des modifications aux trous n°1, 2. Nous en avons aussi profité pour rénover nos départs et notre arrosage. Nous avons également apporté un soin tout particulier à nos greens. Tout ceci nous a ainsi permis d’obtenir notre 4ème étoile Golf Stars !

Ce golf créé en 1926 par des Écossais – dont un certain Green ! – a une âme que vous avez voulu certainement garder. Comment s’y prend-on pour ne pas se tromper ? Aviez-vous des exemples de travaux de rénovation réussis en tête ?

Ce qui me fascine dans les links, c’est le fait que malgré leur âge, ils ne sont pas obsolètes et proposent toujours un challenge malgré les évolutions technologiques. Il est très important pour moi de respecter la nature du site et l’esprit d’un links. Le tracé d’origine a été plusieurs fois modifié ce qui est normal dans la vie d’un golf aussi ancien. Je suis fan des tracés et de l’entretien des golfs britanniques et je m’en inspire beaucoup.

Sur un links, le par doit être difficile et le bogey facile. Pour cela au niveau du tracé, il faut éviter les obstacles frontaux qui ne gênent pas les bons joueurs et privilégier les obstacles latéraux. Tous nos greens sont accessibles en roulant. Il faut cependant anticiper les rebonds et avoir un bon contact de balle, car les fairways ne sont pas aussi denses que sur un parcours “inland”.

Il faut accepter la part de hasard du jeu sur links qui est elle aussi plus importante. Dans le tracé il y a une grande importance des bunkers, en général ronds et pas très grands mais qui ”drainent” plusieurs mètres autour. L’entretien a une énorme influence sur le jeu. Nous avons des petits greens (400 m² en moyenne) plutôt fermes pour pouvoir supporter la fréquentation sans s’abîmer. Ils roulent bien mais pas trop non plus, car ils sont très pentus. Au-delà d’une certaine roule (3 mètres pour les connaisseurs), ils deviennent très compliqués à jouer surtout si le vent se lève. Les bords de green sont tondus ras pour pouvoir putter de très loin…

Quels sont les trous les plus emblématiques du parcours ? Pouvez-vous nous les décrire ?

Le trou n°2 : Refait récemment il est un hommage au links, il s’agit d’un green en creux qui se love entre les dunes.

Le trou n° 5 : c’est le premier trou où l’on découvre le panorama sur la partie haute, et ce par 5, même s’il est court, demande de bien gérer le dévers pour faire le par.

Le trou n° 7 : un par 4 de longueur moyenne (310 mètres des jaunes) peut être atteint au drive certains jours. Mais il vous réservera une attaque de green très longue par vent de Nord. Quoiqu’il arrive, l’attaque de green avec la mer en décor sera toujours un spectacle.

Le trou n°9 : comme le 7, il peut être court ou bien interminable. En vous penchant pour lire votre ligne de put, vous aurez l’impression que la mer est tout juste derrière

Le trou n°10 : ce nouveau par 3 est au point culminant du parcours à 70 m. Vous dominez toute la baie et le panorama est grandiose. Mais concentrez-vous, car selon le vent vous pourrez jouer tous les clubs du sac.

Le trou n°13 : ce par 4 est le plus court du parcours mais il est diabolique, de la mise en jeu jusqu’au green très pentu.

L’enchaînement des 3 derniers trous sur la dune, deux par 4 et un par 3, est un finish original et inoubliable. Les départs et les greens sont accrochés à la dune à quelques mètres de la plage. Les points de vue sont fabuleux, tout comme leur intérêt golfique.

Le trou n°18 : c’est le trou signature, vous finissez par un par 3 ce qui est original, avec la falaise en décor et la mer sur tout le côté gauche. Un gros chalenge.

Quelle est l’originalité aujourd’hui du golf de Saint Cast qui a comme voisin des parcours de renom comme Dinard**** ou Pléneuf-Val-André ***?

Nous avons la chance d’avoir une destination exceptionnelle avec trois links à quelques minutes de trajet les uns des autres. Les 3 golfs sont complémentaires, jouables toute l’année grâce à des sous-sols bien drainants. Chacun a son style et un niveau d’entretien au-dessus de la moyenne. A Dinard****, vous avez rendez-vous avec l’histoire (2ème golf le plus ancien de France). À Pléneuf,*** vous devrez relever un défi sportif comme les pros du Challenge Tour qui le jouent tous les ans.

Saint-Cast**** est intermédiaire, plus accessible que Dinard en terme de tarif ou de fréquentation, et moins “challenging” que Pléneuf-Val-André. Saint-Cast est un golf apprécié de tous, des très bons joueurs comme des familles.

Vos tarifs restent attractifs : quelle est votre politique en la matière ? Est-ce le nombre de vos membres qui permet une telle offre ?

Le Golf de Saint-Cast**** a un fonctionnement atypique. Depuis toujours notre golf appartient aux golfeurs. Il faut être actionnaire (posséder au moins deux actions) pour être membre. Suite à une augmentation de capital en 2016 qui a eu un très gros succès, nous sommes désormais 700 actionnaires. Par ailleurs, aucun actionnaire ne peut avoir plus de 10% du capital de la société. Ce modèle économique a permis de protéger le golf et son site de toute spéculation. La volonté des actionnaires est de faire progresser le Golf d’année en année, tout en restant accessible. Une grande partie des bénéfices est réinvestie chaque année pour améliorer l’accueil et les conditions de jeu.

Aujourd’hui, nous avons un bon équilibre avec la moitié du chiffre d’affaires réalisé par les membres, et l’autre moitié par les green-fees. Tout ceci nous permet de garder des tarifs attractifs pour tous.

Quand vous ne jouez pas au golf sur votre parcours, où allez-vous pour vous faire plaisir, en France et à l’étranger ?

J’aime les Golfs authentiques qui s’intègrent dans leur environnement, en particulier les links. En France je suis fan de Granville, Fontainebleau, Chantilly, le Touquet, Hardelot… bref les architectes traditionnels (Colt, Simpson). Parmi les architectes modernes, Van Hagge est mon préféré (Courson****, Seignosse****, Kempferhof****, Les Bordes*****, Le National*****…). Il a construit des stades de golf à la fois stimulants et très spectaculaires.

Je suis moins fan des destinations sorties de terre ces dernières années (Maroc, Turquie…), où les golfs ont tendance à tous se ressembler. Il y a aussi une dimension écologique qui m’embarrasse : le gazon n’existe pas normalement dans ces pays-là et puis pour moi, on ne peut pas jouer au golf par 30°. Comme destination, je préfère la Grande Bretagne. J’ai eu la chance de jouer le Old Course et le Royal St Georges… : vous marchez dans les pas des champions et il y a une atmosphère incomparable.

Enfin, quelles sont les attractions de votre coin de Bretagne pour attirer golfeurs et conjoints ?

La Côte d’Émeraude est un endroit privilégié. Le littoral y est préservé et de nombreux sites méritent le voyage : d’Est en Ouest, je citerais le Mont-Saint-Michel, Saint-Malo, Dinard, Dinan, le Fort Lalatte, Le Cap Fréhel…

Propos recueillis par Roland Machenaud

 

Le nouveau par 3 du trou 4 avant-après

Ouverture du par 3 du trou 4 le 23 juin 2018
Photo Stéphane COUDOUX

Stéphane COUDOUX

8 ans à l'Express, 17 ans chez Golf Magazine et Golf Européen puis 12 ans chez ComHouse, agence 360. Depuis 2013, Golf Stars classe les golfs de 1 à 5 étoiles et indique tous leurs Services & Equipements. Indépendant, objectif, honnête et sans complaisance au service des golfs et des golfeurs.