Quel est la taille d'une balle de golf, d'un trou...Pourquoi 14 clubs dans le sac ?

- Jouer au golf

La balle de golf : diamètre 42,67 mm, poids 45,93 grammes

A l’origine du golf, il existait 2 diamètres de balles de golf, l’une anglaise, l’autre évidemment américaine. La balle de golf anglaise ou petite balle désignée comme telle par les golfeurs avec un diamètre de 1,62 inch soit 41,14 mmm afin de pouvoir jouer le mythique British Open . Du coté de l’oncle Sam d’Amérique, l’ USGA  obligeait sur le sol américain dans les années 1930 à jouer une grosse balle de  1,68 inch soit 42,67 mmm.

Le Royal & Ancient autorisait les deux modèles mais, l’ USGA imposait à tous sa balle plus grande, y compris à de grands champions comme Jack Nicklaus ou Arnold Palmer qui préféraient jouer la petite balle, plus longue et plus maniable dans le vent. En 1974 et à l’occasion du British Open, Le Royal & Ancient souhaitant harmoniser cette différence fâcheuse pris le parti de stopper l’utilisation de la petite balle au profit de l’américaine afin d’unifier les règles de golf. En 1990, c’est l’adoption définitive du modèle américain soit 42,67 mm. En outre, cette balle de golf ne devra également pas peser plus de 1,620 once soit 45,93 grammes. 

un trou de golf mesure 108 mm de diametre

Nous sommes en 1891, année ou le vénérable Royal & Ancient  à Saint-Andrews imposera définitivement ce diamètre identique de 108 millimètres sur tous les greens. Le choix de ce diamètre  remonte à 1829 et revient au prestigieux Royal Musselburgh Golf Club qui inventa grâce à des tuyaux de drainage de 4,25 inches, soit 108 mm à disposition près du golf  la toute première machine à faire des trous dans les greens.

Les trous étaient enfin parfaitement propres, circulaires et bien plus nets que ceux anciennement  façonnés à la main. Ce diamètre fut souvent critiqué, jugé trop petit …dans les années 30 le professionnel Gene Sarazen militait pour des trous de 8 inches soit 203 mm, aidé par Jack Nicklaus, Membre du Muirfield Village Ohio qui jouait des trous du même calibre lors de ses événements spéciaux. Le doublement du diamètre permettrait de diviser par 2 les putts ???…

Pourquoi le sac de golf contient 14 clubs maximum ?

Chaque joueur avait la possibilité de jouer avec autant de clubs qu’il le souhaitait jusqu’à l’année 1939 pour l’Europe. C’est pour cela que l’on verra le professionnel Francis Ouimet sortir vainqueur de l’US Open 1913 avec juste 7 clubs à contrario d »un amateur Lawson Little, remportât le British amateur en 1934 et 1935 avec 31 clubs ! 

Il était commun de voir des sacs de la plupart des golfeurs contenant  20, voire 25 clubs de golf. En 1938  et afin d’harmoniser la pratique du jeu, l’USGA décida arbitrairement de limiter le nombre à 14 clubs. Ce nombre limité de clubs était le reflet moyen de l’époque d’un joueur possédant pour jouer 10 fers, trois bois et un putter. Le même règlement fut adopté l’année suivante par le Royal & ancient.

Par, Bogey, Birdie ou eagle, pourquoi ces noms ?

Les premières heures du golf étaient on ne peut plus simples…chaque joueur se contentait d’additionner ses coups sans une quelconque référence et rivalité au futur PAR du parcours. La création de l’Open Championship 1860 se devait d’y remédier et la notion d’un score idéal apparaissait comme une évidence pour faire évoluer ce jeu naissant. Le 12 trous du Prestwick Golf Club, considéra le total de 49 comme le score parfait, qu’il fallait jouer pour remporter la compétition. Quant au mot PAR du latin aequus  (pareil, égal),c’était un mot courant dans la langue anglaise. comme par exemple en bourse ou il exprimait un niveau standard, une moyenne, une norme.

Fin du 19ème siècle, les golfeurs utilisent le PAR pour deux raisons cumulées : indiquer le score normal que l’on doit réaliser sur chaque trou selon sa longueur ( PAR 3, PAR ‘ et PAR 5)  et préciser le PAR total du parcours joué. Mais avant cela, le bogey était désigné comme score à réaliser. Sa source proviendrait de la célèbre comptine anglaise, The Bogey Man,  lutin insaisissable vivant dans les brumes. La comptine disait « I am the Bogey Man, Catch Me If You Can » L’objectif du golf de l’époque était donc de battre ce bogey man, c’est à dire faire mieux que le score moyen à réaliser sur chaque trou !

Plus tard, naitra l’expression du Colonel Bogey ( bon joueur avec un handicap bas qui joue habituellement 4 coups sur les PAR 3 longs et 5 coups sur les PAR 4) … Avec les évolutions du jeu et du matériel ainsi que les accessoires et techniques, le bogey sera remplacé par le PAR pour les bons joueurs et devient le score idéal (1 au-dessus du par) pour les joueurs moyens. (validé en 1911 par l’USGA, et 1925 par le Royal & Ancient), en raison de la première guerre mondiale de 1914-1918.

Passons au Birdie !, Né en 1903 de l’expression américaine « that was a Bird of a shot »  prononcée au trou 2 d’Atlantic City Golf Club commémoré par une plaque. Bird » signifiait alors excellent, étonnant, cool comme de nos jours Il a ensuite évolué en birdie soit un coup sous le PAR.

Bienvenue à l’Eagle américain ou plutôt au début du big birdie soit deux coups sous le PAR. L’ornithologie fait donc son apparition officielle dans les expressions, et quel plus bel oiseau que l’emblème national des USA avec l’oiseau le plus majestueux, l’Aigle Royal pour représenter un score si bas ?

Quant à l’Albatros, trois coups sur le PAR plutôt rare, il est associé à un grand oiseau tout aussi rare : l’albatros. Gene Sarazen, auteur d’un fantastique albatros sur le 15 lors du Masters 1935, parlera de « dodo », autre oiseau extraordinaire, pour qualifier son exploit. Les Américains utilisent le terme de double Eagle.

Enfin, le Condor, soit 4 coups sous le PAR ( exemple : un PAR 5 en un coup direct dans le trou) a évidemment peu de fois été réalisé. C’est un anglais, joueur débutant avec un handicap 24 par un bel été des années 2000 au départ d’un PAR 5 au tracé très courbé ( très fort dogleg) plus un fairway rendu ultra sec qui réalisera cet incroyable exploit. Le terme Condor n’existait pas, il fallut au Royal & Ancient le créer après concertations et assemblées à la Mecque du golf !

Photo Stéphane COUDOUX

Stéphane COUDOUX

8 ans à l'Express, 17 ans chez Golf Magazine et Golf Européen puis 12 ans chez ComHouse, agence 360. Depuis 2013, Golf Stars classe les golfs de 1 à 5 étoiles et indique tous leurs Services & Equipements. Indépendant, objectif, honnête et sans complaisance au service des golfs et des golfeurs.