Week-end et séjours golf, Bretagne ou Normandie ?

- Week end golf

ou jouer au golf ?

La météo et le littoral sont-ils plus agréables a l’embouchure de l’Arques que sur les petites plages de l’Ile aux Moines ? Les campagnes, les forêts ont-elles plus de caractère a Lyons qu’a Brocéliande ? Les sites remarquables, classés au Patrimoine français, sont-ils plus visités à Rouen ou à Rennes ? Les amateurs de bonne chère seront-ils plus épanouis dans une chaumière ou dans un petit logis aux murs de granit ?
Bref, soyons directs, est-il plus enthousiasmant de programmer un périple golfique en Normandie ou en Bretagne ? Vaste débat, nourri de vérités et de préjugés sur ces deux grandes régions, qui peut alimenter les conversations de club-house. Et qui du viking ou du celte gagnera ?

C’est une redoutable mais sympathique question que l’on se pose : qui de la Normandie ou de la Bretagne offre les meilleurs atouts pour un grand séjour golfique ? Le défi, marqué par la rivalité légendaire entre les deux régions, est d’autant plus difficile qu’en matière de golf (comme dans d’autres domaines), Bretons et Normands sont marqués par l’influence britannique, présentant sur leurs côtes parmi les plus anciens parcours de France. Des hautes falaises de la Manche à Belle-Île, du bocage à la lande, notre parcours vous aidera, peut-être, à faire votre choix parmi les 42 structures de golf de Bretagne ou  les 49 installations normandes ! ( découvrez tous leurs services et équipements en cliquant ICI )

La météo des golfs en Normandie et Bretagne

Elles ont déjà un premier point commun : les deux territoires sont marqués par l’existence de plusieurs « pays » en leur propre sein, qui ont chacun une identité culturelle, géographique et… météorologique, affirmée. Les conditions climatiques ne sont en effet pas identiques vers les grandes falaises de la Côte d’Albâtre, le long des parcs à huîtres du Cotentin, sur la Côte de Granit rose ou dans le Golfe du Morbihan.

Et cela a forcément une influence sur les parcours de golf. Aussi, le vent (assez régulièrement) et la pluie (parfois) jouent un rôle majeur sur le parcours d’Étretat***, posé sur les impressionnantes falaises d’Arsène Lupin. C’est le golf emblématique de la Seine-Maritime, de l’ancienne Haute-Normandie. Un doyen de 1908, d’abord imaginé par le légendaire Arnaud Massy, bénéficiant d’un site unique en Europe.

Les vénérables parcours, marqués par l’histoire du jeu de golf en France forment un club assez puissant chez les Normands. Dieppe*** (1897), le plus vieux et le plus au nord de la région, Octeville*** (1931) près du Havre, Deauville**** (1935) et Cabourg Le Home*** (1907) sur la Côte Fleurie, Granville**** (1912) jouent dans la cour des aïeux.

Quand, en Bretagne, la tradition golfique semble reposer sur les seuls tees de Dinard**** (1887). Avec son club-house art déco, classé monument historique – le seul de France -, le Dinard Golf Club**** est aussi le brillant phare des nombreux espaces golfiques bretons de bord de mer. Et l’offre est fort riche pour effectuer un merveilleux tour de « 100 % Breizh » en longeant les côtes. Depuis la plus célèbre station balnéaire de la Côte d’Émeraude (et après la découverte des 9 trous de Lancieux****), on arrive très vite sur Saint-Cast****(1926) qui longe la plage de Pen Guen, devenu ces dernières années un amphithéâtre tourné vers la Manche.

Le Golf de Saint-Cast**** vu du ciel
Le Golf de Saint-Cast****

 

Tout proches, Les Sables d’Or*** sont plus ancrés dans la campagne. Dominées par le Cap Fréhel, les côtes escarpées de la Bretagne nord, sauvages, envoûtantes, se prêtent merveilleusement à l’esprit de Saint-Andrews et de ses amis celtes. On le ressent à Pléneuf-Val-André*** dont le trou n°11, plongeant vers la plage, est l’un des plus spectaculaires de l’Europe continentale, théâtre de compétitions relevées.

Le Trou 11 de Pleneuf-Val-André***
Le Trou 11 de Pleneuf-Val-André***

 

Toujours plus à l’ouest, Saint-Samson***, dessiné par Fred et Martin Hawtree, offre les atouts d’un resort familial, traversé par des sentiers de randonnée dont le réputé GR34. Plus petit (et non moins charmant), Carantec*** a posé naturellement ses 9 trous sur la plage du Clouët de la Baie de Morlaix.

A la pointe de la Bretagne, Brest a opté pour le jeu dans les landes et la bruyère, avec ses parcours Brest-Les Abers**, Brest-Pen-Ar-Bed** ou Brest-Iroise*** près de Landerneau. La vaste rade laissée à tribord, direction plein sud pour un visage breton, moins ciselé par les tempêtes, peut-être moins rude. Dans le pays de Quimper et de Concarneau, se remarquent les fairways de l’Odet***, avec son paysage de chênes centenaires, et le Golf de Cornouaille**** avec son manoir de Mesmeur et son panorama sur l’archipel des Glénan. Sur la route de Lorient se détache le parcours de Ploemeur-Océan*** dont le vert des greens et le bleu de l’Atlantique contrastent souvent avec la couleur d’un gazon rudoyé par les vents, le soleil et les embruns.

L’atmosphère paraît plus paisible autour du Golfe du Morbihan. A l’image de Saint-Laurent***, de Baden****, le long de la rivière d’Auray, mariant ambiance marine et champêtre. De l’autre côté de la « Petite Mer » – traduction de Morbihan – Rhuys-Kerver*** tourne le dos au chapelet d’îles du Golf pour flirter avec l’océan. Mais, c’est surtout au large que les éléments peuvent se déchaîner sur le joueur : Belle-Île*** est pourtant irrésistible. Les 14 trous sauvages, rustiques, sur la pointe des Poulains, chère à Sarah Bernhard, dominent la côte fracassée pour une destination qui mérite à elle seule un séjour particulier.
Notre tour maritime de la Bretagne a débuté sur un links (ou presque, 3 trous désertant le littoral) pour se diriger vers un autre links, Granville****, que d’aucuns jugent parmi les plus authentiques du club exigeant de la catégorie. En chemin, quelques haltes sont indispensables. Pour jouer au Saint-Malo Resort**** (avec ses challenges variés, son hôtel et sa table) et au Domaine des Ormes**** (réputé pour ses fameuses cabanes dans les grands arbres de son parcours). Pour découvrir ou redécouvrir la Cité corsaire, reconstruire à l’identique après la Seconde guerre mondiale. Pour déguster les fruits de mer, parmi les plus iodés de nos côtes, notamment à Cancale au « Coquillage » chez Hugo Roellinger, l’un des deux chefs doublement étoilé de la Bretagne.

Et puis, on s’offre un hors-limite merveilleux, indispensable, au Mont-Saint-Michel. De l’autre côte de la « frontière ». Car, n’en déplaise aux voisins bretons, c’est une histoire de fleuve :  le Couesnon, en sa folie, a mis le Mont en Normandie  selon l’adage populaire. En fait, pour contenter chacun, le monastère fut un temps intégré au royaume breton avant de tomber sous l’emprise des ducs de Normandie à partir de… 1009.

Le Domaine des Ormes**** et ses cabanes
Le Domaine des Ormes**** et ses cabanes

 

Histoire et… histoires de golfs

Forcément beaucoup plus récente, l’histoire de Granville**** – de l’autre côté du facétieux cours d’eau est en tête de chapitre sur le livre historique du golf français. Avec quatre architectes de renom (Charles Allison, Harry Colt, Martin Hawtree et Stuart Hallett), le fameux links de 27 trous bénéficie des côtes sauvages du département de la Manche. La Presqu’île du Cotentin, voilà bien un « pays » méconnu, loin du bling-bling des côtes normandes les plus proches de Paris. Nous sommes au « bout du monde » , au bout de la Nationale 13, au terminus de la ligne Paris-Cherbourg.

Cherbourg, le port en eaux profondes de millier de migrants d’Europe rêvant de l’autre monde, celui des Amériques. Dorénavant, lorsqu’on découvre le Cotentin, on y demeure avant de tomber sous son charme fou. Pour jouer les parcours de Coutainville*** et de la Cote des Isles***, en face des îles anglo-normandes. Pour se satisfaire amplement de la simplicité du Golf de la Presqu’île du Cotentin, sur la côte est, celle qui chaque mois de juin revit la plus grande opération militaire jamais préparée (et réussie).

Le golf s’est fait une humble place sur les plages du Débarquement, particulièrement à Port-en-Bessin, sur le parcours d’Omaha Beach****, souvent fréquenté par des vétérans du D-Day, désormais relayés par leur famille. Comme les Alliés, il s’avère judicieux de s’enhardir dans les terres de la Normandie profonde, là où subsistent encore les bocages. Depuis Caen La Mer*** s’ouvrent les fairways vallonnés de Clécy-Cantelou*** au cœur de la Suisse Normande.

A l’ouest, il est conseillé de ne pas trop faire l’andouille sur le parcours de Vire-La-Dathée** conçu autour d’un lac. Au sud, le charmant 9 trous de Bagnoles-de-l’Orne*** fait également le bonheur des thermalistes. Et, à l’ouest, le Perche est sublimé par les installations de Bellême Saint-Martin*** avec son hôtel pleine nature. Il est ensuite aisé de faire une petite incursion au Golf Parc Robert Hersant****, au bord de l’Eure, pile à la frontière de trois régions mais situé en région Centre Val-de-Loire. Mais gardons le bon cap sur les chemins creux normands pour profiter du golf public d’Evreux*** avant de longer la Seine. Le Golf PGA France du Vaudreuil****, pôle d’excellence pour l’enseignement, est une halte incontournable.

golf a Rouen ou a Rennes ?

Au loin, Rouen, la ville aux 1.000 clochers est entouré de plusieurs parcours aux caractères distincts. Au nord, Rouen La Forêt Verte*** et Rouen Mont-Saint-Aignan*** sont voisins. En regagnant la côte, le Golf Normandie Côte d’Albâtre****, créé en 2017, est le plus récent de toute la région, mariant inspiration écossaise et touches américaines. L’ancien fief de la Haute-Normandie, place martyre de Jeanne d’Arc avec ses vieilles maisons à colombages, est tournée vers l’ouest par son fleuve. Sa grande spécialité culinaire, le canard au sang, est d’ailleurs née à Duclair, chez l’aubergiste le Père Denise, là où fonctionne encore un bac reliant les deux rives.

La Seine-Maritime d’un côté avec, tout proche, le parcours de Jumieges** niché dans un des nombreux méandres de la Seine, sur la route des abbayes (Jumieges, Wandrille). De l’autre, dans l’Eure, quelque peu délaissé par le jeu golfique, le golf de Champ-de-Bataille*** dans le parc du beau château éponyme, propriété du célèbre architecte d’intérieur Jacques Garcia, qui ouvre les portes de sa bâtisse historique sur rendez-vous.

Non loin encore du fleuve et de la grande forêt de Brotonne, le récent Pont Au Golf, 9 trous rustiques nés de la volonté et de l’huile de coude de passionnés, permet également de visiter le Marais Vernier, ses chaumières et son patois, menant au Havre. Complètement détruite par les Alliés lors de la seconde guerre mondiale, la Porte Océane  a été reconstruite avec les dessins de l’architecte belge Auguste Perret pour des immeubles audacieux du centre-ville (inscrit par l’Unesco au patrimoine mondial de l’humanité), contrastant avec les dessins des Impressionnistes inspirés par la région, de Rouen à Honfleur.

Et c’est dans le deuxième port de France, qu’officie l’unique chef doublement étoilé de la Normandie, Jean-Luc Tartarin, natif de Caen, l’autre ville rasée de la région. Dans l’un ou l’autre des trois grands centres urbains normands, la densité des parcours demeurent assez modestes. Dans ce domaine, Rennes prend plusieurs trous d’avance. Pas moins de quatre 18 trous entourent la cité du Parlement de Bretagne. Après une halte romantique aux Rochers-Sévigné***, là où séjourna et écrivit Madame, la capitale bretonne abrite les fairways de Cicé-Blossac*** (et son hôtel/spa), Rennes-Saint-Jacques*** (avec ses 27 trous) et La Freslonnière**** (l’un des quatre golfs de Bretagne où il est possible de séjourner).

Rennes permet encore de satisfaire sa soif de swings avec trois 9 trous, Cap Malo****, Cesson-Sévigné et le Château du Bois-Guy, résolument « écolo » selon son slogan. Les 9 trous, particulièrement, parsèment la campagne bretonne. Aussi, depuis le nord, on ne résiste pas au charme de La Crinière*** (avec son château) ou de Gilles-de-Boisgelin*** (doté d’une table remarquable). Un peu isolé entre le Finistère et les Côtes d’Armor, Carhaix*** vous propose de débuter ou de vous entraîner avant d’envisager un festival de jolis coups.
Descendant vers le sud, Rimaison*** offre aussi la possibilité de visiter la superbe vallée du Blavet. Du côté du Lac au Duc Ploermel**, s’impose une grande promenade dans la forêt de Brocéliande avec ses mythes et ses légendes. On ne quittera pas la terre bretonne sans prendre le cap plein ouest pour la rade de Brest et la pointe du Raz, pour savourer la grande cuisine de l’autre chef doublement étoilé Olivier Bellin, à l’Auberge des Glazicks de Plomodiern.

Une réponse de… Normand !

Cette balade golf terminée, il est temps de dégoupiller une excellente bouteille afin de trinquer et d’essayer de trancher entre les fairways d’Armorique et ceux du Pays de Caux. Une bouteille de cidre bouché bien sûr. Oui mais, breton ou normand ? Autre question, autre «battle», sur laquelle on ne tranchera pas. Après tout, en gastronomie comme en golf, la meilleure réponse se trouve incontestablement sur place. Alors, préparez votre sac de golf  !

Par Denis Lebouvier, Rédacteur en Chef de GolfStars Le Mag’

Photo Stéphane COUDOUX

Stéphane COUDOUX

32 ans de médias golf. J'anime ComHouse, agence de comm' 360 et suis fondateur de GolfStars qui classifie tous les Services & Equipements des golfs sur le principe des hotels. Pas de 1er, pas de dernier ! Indépendant, objectif, honnête et sans relations financières avec les golfs. Guide premium, magazine premium, digital sur mesure, et classement international en complément au service des golfeurs-voyageurs.