Histoire de...Golf***** de Pont-Royal

- Golfs

Le 12 de Pont Royal*****

Entretien avec Jérome Lauredi, Directeur du golf***** de Pont Royal

Le regretté champion Severiano Ballesteros, disparu en 2011, a signé dans les Alpilles son unique parcours français. Jérôme Lauredi, directeur du golf***** de Pont Royal, retrace le fort investissement du septuple vainqueur d’un tournoi majeur, et son impact sur l’un des plus beaux domaines golfiques d’Europe.

Comment est né Pont Royal***** ?
Jérôme Lauredi : C’est un projet de la fin des années 80, entre 1986 et 1988, avec un parcours signé Ballesteros. Il était inclus dans un domaine appartenant à une banque anglaise, la London Metropolitan, prévoyant un club privé. L’opération n’est pas arrivée à terme avec l’investisseur d’origine. L’ensemble du site a été acquis par Pierre & Vacances, revendant le golf à ses membres. Le parcours a ouvert en juillet 1992.

Pourquoi le choix de l’architecte s’est porté sur Severiano Ballesteros ?
J.L : La Manga Country Club, en Espagne, dont Severiano Ballesteros était le touring-pro, a servi d’exemple. Choisi pour Pont Royal, Severiano s’est alors beaucoup investi. Généralement, il ne se rendait pas très souvent sur les parcours qu’il dessinait, ayant sa carrière de joueur à gérer. Mais, là, il s’est déplacé très souvent à Pont Royal.

Quel était sa philosophie d’architecte ?
J.L : Ce qui a semblé prévaloir à Pont Royal***** est l’alliance d’un parcours traditionnel, disons typiquement « inland » anglais, dans lequel Seve a incorporé des pièces d’eau pour le rendre moderne. Tous les trous sont différents, avec plusieurs doglegs qui montent, qui descendent, de grands bunkers. Et, remarquables, des obstacles d’eau apportant cette touche américaine, contemporaine.

A-t-il beaucoup modifié le site ?
J.L : Enormément. Mais cela ne se remarque absolument pas. A l’origine, le site était destiné à la chasse avec une partie boisée dont des pinèdes. Beaucoup d’arbres ont toutefois été plantés ensuite. Severiano Ballesteros s’est appuyé sur un vallon pour les premiers trous qui se trouvent le long de la rivière et il a ensuite modelé le parcours. Sans forcément tenir compte des pinèdes. Existantes, il les a conservées. D’autre part, il a lui-même noté les arbres qui devaient être préservés. Durant cette époque où la nature était beaucoup chamboulée pour la construction des golfs, il était assez novateur de veiller à ce que le parcours semble naturel.

Comment définir les caractères de Pont Royal***** ?
J.L : Il a longtemps été un des parcours avec les slopes les plus élevés de France. Nous l’avons rendu plus simple en nettoyant beaucoup les abords, en créant de nouvelles plates-formes de départ toujours dans l’axe, dans l’esprit du travail de Ballesteros. Pont Royal est demeuré très exigeant pour les épreuves professionnelles, avec ses boules noires sur des départs d’ailleurs reculés, tout en permettant un jeu plus accessible avec ces nouvelles aires de départ. Nous essayons de permettre à toutes et tous de s’exprimer pleinement sur notre golf. On notera d’ailleurs que beaucoup de proettes s’entraînent ici, parce que Pont Royal correspond au standard de leur circuit. Le parcours n’est pas long (6.400m des back-tees) ; pour autant, il n’est pas facile à aborder.

Quels sont vos conseils pour la bonne stratégie ?
J.L : Ce golf demande une certaine longueur : en souhaitant trop placer la balle, vous pouvez vous retrouver assez loin des greens qui sont bien défendus, avec des roughs assez pénalisants et des greens rapides.

Pour une exigence de compétition ?
J.L : Effectivement, au début des années 2000, nous avons commencé à organiser une étape du Alps Tour (3e division européenne) puis, depuis trois ans, un tournoi du Challenge Tour (anti-chambre de l’European Tour) : le HOPPS Open de Provence. Même si le tournoi doit être reporté à l’an prochain, le terrain demeure actuellement préparé pour les mêmes conditions de jeu exceptionnelles. Cette exigence, c’est aussi un vecteur de communication et de notoriété pour Pont Royal.

Avec une très bonne qualité de parcours appréciée des pros, l’excellence bénéficie à l’ensemble de nos joueurs visiteurs. Notons d’ailleurs qu’en organisant régulièrement un tournoi de ce niveau, le parcours évolue et, de plus, tout l’hiver il est d’une qualité supérieure. Ce qui profite à tous.

Pont Royal***** peut être considéré comme un resort ?
J.L : Sur 190 hectares, sont proposés plusieurs offres de séjours golf avec Pierre & Vacances mais aussi avec Le Moulin de Vernègues****, situé sur le trou n°2, et l’Hôtel du Golf***, au centre de notre village. Nous ne sommes pas un « vrai » resort mais, sur le domaine, il est possible d’y apprécier plusieurs activités avec les piscines, les tennis,…

Et sur nos 85 hectares de golf, nous proposons un second parcours de six trous composés de par 3 et par 4, ainsi qu’un pôle d’enseignement réputé. A travers toute l’Europe, on vient dans les Alpilles pour jouer Pont Royal et y demeurer !

Des projets sur le domaine ?
J.L : Le premier, pour cet hiver 2020 concerne la rénovation des vestiaires puis la restructuration du clubhouse avec des salles de séminaires. Nous prévoyons aussi de racheter le terrain contigu aux six trous pour créer un parcours de neuf trous. Déjà, le six trous, à lui seul, compte 150 membres, son propre clubhouse, 5.000 green-fees par an et deux académies de golf. En le transformant en neuf trous, nous aurons deux propositions vraiment complètes s’appuyant sur notre parcours phare international, le seul en France signé Severiano Ballesteros.

Interview réalisée par Guillaume Monvoisin pour GolfStars

Découvrez tous les Services & Equipements du golf avec GOLFSTARS

Le trou 2 de Pont Royal
Photo Stéphane COUDOUX

Stéphane COUDOUX

8 ans à l'Express, 17 ans chez Golf Magazine et Golf Européen puis 12 ans chez ComHouse, agence 360. Depuis 2013, Golf Stars classe les golfs de 1 à 5 étoiles et indique tous leurs Services & Equipements. Indépendant, objectif, honnête et sans complaisance au service des golfs et des golfeurs.